22, rue de boyer
69160 TASSIN
LA DEMI LUNE

+33(0)4.69.60.14.20

Faire un don

De la crainte ...
à l'espoir !

Projets 2016

1. Tutorat 

Les jeunes filles vivent au foyer dans un milieu protégé et privilégié, mais sont cependant coupées du monde extérieur, problème inhérent à tous les centres sociaux et plus particulièrement encore concernant les jeunes filles. Par ailleurs, elles n’ont aucune image du couple ni d’image du Père, archétypes pourtant indispensables à la construction psychologique du jeune.

Nous avons décidé en collaboration avec les membres du C.A. Koloïna, qu’à partir de 17 ans, chaque jeune fille serait tutorée par un couple du Conseil d’Administration (1) afin d’accéder à une vue extérieure, de rencontrer des personnes avec qui elles n’auraient pas accès en restant au foyer, de s’ouvrir à des activités différentes, bref de rentrer de plain pied dans la société malgache afin d’être prêtes à affronter la vie d’adulte dès la sortie du foyer. Les tuteurs doivent donc recevoir la jeune fille, suivant le rythme qui leur convient, tout en respectant la vie du foyer, pour une relation amicale, une sortie, une visite…

Pour exemple, les tuteurs de Solange sontun couple de médecins qui ont décidé de la suivre dans ses études d’aide soignante.

Vu les difficultés scolaires de cette jeune fille, c’est une chance supplémentaire qui lui est donnée.

Une charte des tuteurs a été instituée indiquant les divers points à respecter.

(1) D’autres couples de tuteurs seront nommés pour les jeunes filles rentrant prochainement dans ce cadre et nous aimerions passer le tutorat à 16 ans, cela dès que nous aurons un peu de recul sur l’expérience.

 

2. Mise en situation dans la vie civile

 

Dans un souci d’ouverture et pour que ces jeunes filles soient connectées à la réalité sociale malgache malgré leur statut « privilégié »,

elles se rendent 2 matinées par semaine, durant les congés scolaires, au Centre Saint-Vincent de Paul, accueillant des enfants handicapés qui doivent subir des interventions chirurgicales. Centre soutenu par une ONG Suisse.Les plus grandes se chargent de la lessive pendant que les plus jeunes font jouer les enfants D’autres activités vont être développées dans les années à venir.   

 

 

 

 

 

3. Sortir le jeune de son contexte de pauvreté

 

 Pourquoi maintenir les enfants dans un milieu triste et terne sous prétexte de ne pas les

« sortir de leur contexte  » ? Pourquoi ne pas leur montrer qu’il existe «autre chose»

et leur donner envie de se battre pour réaliser à leur tour quelque chose de mieux ?...

Peuvent-ils être motivés s’ils ne connaissent  rien d’autre  que la misère ?

Donc nous multiplions les activités leur permettant une évolution tant sociale qu’intellectuelle.

                 

Les 4’mie
4’mi est un raccourci pour " Les quatres TsyMissi," c'est-à-dire les dépossédés, ceux qui ne possèdent aucun des 4 besoins fondamentaux selon la société Malgaches : pas de toit, pas de travail, pas de famille, et pas de revenus.Il faut savoir qu’un jeune qui sort d’un foyer d’enfants des rues garde toute sa vie, quelle que soit son évolution, cette étiquette « 4’ mie » et c’est une difficulté pour se faire des camarades à l’école, une difficulté lorsqu’il cherche un emploi (« les enfants rues, ils volent, ils ne seront jamais à l’heure !... »), ou encore pour trouver un conjoint…
C’est une difficulté aussi pour créer un groupe d’anciens élèves, car ceux qui ont quitté le foyer n’ont bien souvent, plus envie d’y revenir et de se retrouver dans ce contexte de « 4’ mie ».D’où notre volonté de créer dès 2017 «  l’Institution Koloina », afin que le jeune se libère de ce contexte de pauvreté, qu’il n’ait plus honte d’où il vient et qu’il accepte d’y revenir pour aider les plus jeunes. Nos jeunes filles ne sortiront plus d’un « foyer » mais d’une « Institution ».

 

Ces 3 projets particulièrement novateurs pour la Grande-Ile, ont retenu l’attention des autorités locales avec qui nous travaillons en étroite collaboration. 

 

4. Installation d’un chauffe-eau solaire

 

Cette année 2016 apporte son lot de projets nécessaires pour le bon fonctionnement et l’évolution du centre, ceci prouvant l’ancrage du foyer et le besoin d’aller de l’avant.

  

5. Réaménagement du potager

 

Le potager est entièrement revisité par Tahïna, jeune ingénieur agronome, dans le but de créer un « Potager Pilote » à rendement supérieur, et d’initier les jeunes filles à la culture, tout en intégrant des variétés nouvelles pour diversifier l’alimentation au Foyer.

Une stagiaire de l’ASJA (Université Catholique en agro et élevage) viendra durant les congés scolaires pour former les jeunes filles sous le contrôle de Tahina.